Vous êtes ici

Le pessimisme de rigueur au G8

A la suite de discussions menées entre les dirigeants des pays les plus puissants du monde, un communiqué a été publié, relatant les propos tenus, notamment au sujet de l’état de l’économie mondiale. 

Alors que les dirigeants des pays membres du G8 affichaient des divergences concernant le "dossier" de la Syrie, tous s’accordaient pour dire que les prévisions économiques mondiales n’étaient pas au beau fixe, préconisant alors la mise en place d’une flexibilité à court terme en matière de politique budgétaire.

Si l’embellie sur les marchés financiers  a fait croire dernièrement à un optimisme, la morosité prévue par les membres du G8 n’a surpris personne. C’est un constat établi : l’économie mondiale ne traverse pas une période faste. Toutefois, ce constat n’est pas sans espoir. En effet, les risques de baisse pesant sur la croissance ont été jugés moins importants que l’an passé, du fait de mesures qui auraient été prises aux Etats-Unis, dans la zone euro et au Japon afin de remédier au péril. 

Il semblerait en effet que, notamment dans la zone euro, les risques baissiers aient reflué, bien que la récession demeure à l’ordre du jour dans la région. 

Aux Etats-Unis, le déficit budgétaire diminue de façon significative tandis que, dans le même temps, la reprise économique se poursuit. Toutefois, le contexte est marqué par la complexité de trouver un point d'équilibre entre une viabilité budgétaire à moyen terme et des investissements ciblés en faveur de la croissance. 

Les grandes puissances ont par ailleurs longuement évoqué la situation du Japon qui vient, sous l’égide du gouvernement de Shinzo Abe, de s'engager dans une ambitieuse politique de relance économique, qui passe notamment par une politique monétaire très accommodante. Toutefois, le G8 a estimé qu’un projet budgétaire crédible devait être défini, sur le moyen terme. 

Face à cette morosité économique mondiale et à ces constats mitigés d’améliorations, les pays de G8 ont estimé que l’aménagement d’une forme de flexibilité à court terme pour les politiques budgétaires en fonction des différentes conditions économiques était nécessaire. Le communiqué relate ainsi que "Le rythme de la consolidation budgétaire devrait être différencié en fonction des différentes circonstances économiques nationales". 

La reprise de l’économie mondiale a alors été prônée, les dirigeants se sont engagés à l’encourager et à encourager l’emploi, affirmant dans une déclaration commune que promouvoir la croissance et l'emploi était leur première priorité. A cela ils ont ajouté être convenus de soutenir la demande, de consolider les finances publiques et d’avoir recours à  toutes les sources de croissance afin de favoriser la relance économique

le G8

Rubrique : 
CNIL, Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés

Conformément aux dispositions de la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relatives à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous conservez la possibilité d'accéder à ces informations et de les rectifier si vous le jugez nécessaire. Déclaration N° 1269196.